Touris lakay

Le Touris Lakay ne réclame aucun luxe mais exige propreté, hygiène, sécurité, accueil décent (dont des toilettes confortables) et surtout des originalités de toutes sortes : danses, artisanat local, cuisine locale saine et traditionnelle…  Ce développement communautaire rural axé sur la nature, l’histoire, la culture, le potentiel humain et l’application de la philosophie du Konbitisme est une voie royale de coopération entre les trois groupes précités et un encouragement à  l’unification de la société haïtienne.

 

Pour l’implantation du Touris Lakay

La FORF encourage :

  1. La tenue de séminaires orientés vers la prise de conscience par la communauté de la grande portée constructive du Konbitisme appliqué, du potentiel d’exploitation des richesses de la région et surtout des grandes capacités entrepreneuriales à développer.
  2. L’organisation d’enquêtes qui feront le bilan de la situation de la zone, forces/faiblesses,  et de toutes les richesses exploitables : naturelles, culturelles, historiques, humaines.
  3. La mobilisation de la communauté pour identifier et faire choix de projets de développement susceptibles d’attirer les visiteurs et de générer des revenus.
  4. L’implication constructive et mobilisatrice des membres et associations de la diaspora issus de la région autour des projets sélectionnés.

 Le TOURIS LAKAY est un volet important en vue de réaliser la vision nationale de la FORF :

« HAÏTI, CENTRE HISTORIQUE ET CULTUREL DE LA CARAÏBE ! »  

 

Principes qui sous-tendent le Touris Lakay

 

    Le Touris Lakay est une forme de tourisme complémentaire au tourisme de masse promu par le ministère du Tourisme et des Industries créatives. Trois principes sous-tendent l’action :       

Principe 1  

Identification de sites présentant un intérêt aussi bien pour les touristes nationaux qu’internationaux. Ces sites peuvent être de belles cascades naturelles, des fronts de mer ou des sommets de montagnes. Ils peuvent également abriter des ruines coloniales, des grottes et des cimetières ou lieux de résidence indiens, être des lieux où se sont tenues des batailles coloniales, ou représenter des lieux significatifs dans l’histoire du pays. Ces sites doivent être géographiquement proches les uns des autres dans une région afin de permettre la création d’un ou de plusieurs circuits touristiques.

    Principe 2 

    Organisation de séminaires de formation dispensés aux habitants de la région pour les former aux principes de l’entrepreneuriat et les accompagner dans l’identification du potentiel exploitable de leur zone. Participation et implication des communautés locales liées à ces circuits d’intérêt. Organisation de la force de travail nécessaire au développement, à l’administration, à la protection des sites et des circuits touristiques, à la sécurité et au bien-être des visiteurs par les responsables et décideurs locaux.  

  Principe 3

    Implication des Haïtiens vivant à l’étranger sous forme de participation aux projets, d’investissements, de donations et de bénévolat technique, de bourses. La diaspora originaire des communautés et des régions où se trouvent ces sites apporte une contribution clé à la promotion du tourisme et au développement économique dans chacun de ces circuits.

   

Rôle la FORF

    Le rôle que la FORF s’engage à jouer dans ce processus est celui d’accompager, de rechercher des fonds et de lancer un projet pilote en vue de tester la viabilité du processus. Une fois lancés, les projets doivent se suffire à eux-mêmes tant administrativement que financièrement. Ils doivent aussi contribuer à la protection du patrimoine, à l’embellissement de l’environnement ainsi qu’à la stabilisation et au développement économique et social des communautés.